Tabac et dépression

Une étude menée pendant un an par le centre de recherche Cancer Research au Royaume-Uni auprès de 3775 patients a démontré qu’arrêter le tabac pourrait estomper les symptômes de la dépression.

tabac-depression

Les chercheurs à l’origine de l’étude, du Kings College de Londres et Charles University de Prague ont constaté ainsi que deux tiers (66,3%) des fumeurs souffrant d’une dépression ne ressentaient plus ou que peu les symptômes de la maladie psychique un an après avoir arrêté de fumer.

Rappelons que parmi les individus souffrant d’une maladie psychique, le nombre de fumeur est deux fois plus important chez les britanniques (40% pour les malades contre 20% pour les patients sains). Autre donnée : le Royaume-Uni compte 9,6 millions de fumeurs dont 3 millions souffrant d’un trouble psychique.

Par ailleurs, la consommation régulière de tabac représente le plus grand facteur d’écourtement  de l’espérance de vie parmi les individus atteints de troubles psychiques : une diminution pouvant aller de 10 à 20 ans. De plus, le taux de mortalité à un âge moins avancé est évidemment plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.

L’équipe de chercheurs a par ailleurs ajouté que les individus souffrant de dépression sont ceux chez qui l’arrêt du tabac est le plus difficile. Il est également important de souligner bien sûr que les techniques de sevrage du tabac ne sont pas toutes efficaces selon les individus. En d’autres termes, à chaque personne correspondra plus ou moins une méthode pour arrêter de fumer. Les personnes déprimées peuvent avoir besoin d’une aide supplémentaire pour arrêter leur consommation de tabac.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Annals of Behavious Medicine

Source

Manuel Hattinguais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *