Le flair des chiens pour détecter des cellules cancéreuses

chien-cancer

Le chien et son incroyable flair pourraient sauver des vies car le cancer a une odeur et tout le projet est parti de là, piloté par ces chercheuses de l’institut Curie : comment se servir des compétences olfactives du chien pour détecter le cancer à un stade précoce. Les premiers essais ont porté sur le cancer du sein.

« A ces patientes, nos chirurgiennes ont proposé d’appliquer la veille de l’intervention chirurgicale une compresse qu’elles appliquaient sur leur sein malade et qu’elles laissent en contact toute la nuit » nous explique Aurélie Thuléau, chef de projet Kdog.

L’odeur particulière des tumeurs qui imprègnent la peau est perceptible par le chien et c’est un test à l’aveugle qui le prouve.

« Nous allons prendre un bocal avec une pastille rouge, c’est là avéré qu’il y a une présence de cancer ». 4 bocaux sont placés dans des entonnoirs dont 1 seul contient un tissu appartenant à une patiente malade. Pendant 5 mois, Jacky Experton, expert cynophile a entraîné son chien à chercher et trouver l’entonnoir contenant le bocal de cellules cancéreuses, les tests sont concluants, 100% de réussite.

«Pour faire trouver une odeur que nous on ne connaît pas, il faut la faire découvrir à un chien qui lui ne sait pas ce qu’il cherche, donc vous voyez un petit peu les données du problème » ajoute Jacky Experton.

Ce procédé permet un diagnostic précoce, peu coûteux qui pourrait sauver des vies dans des pays où l’accès aux mammographies par exemple est difficile ou impossible. Isabelle Fromentin qui suit de près les performances du chien, est pleine d’espoir. «  On se dit qu’il fait mieux que nos appareils les plus puissants en chimie analytique avec une facilité déconcertante et donc on lâche prise et puis on se dit que finalement lui réussit par le jeu quelque chose que nous on n’arrive pas à faire avec nos outils. » affirme-t-elle.

Il va maintenant falloir augmenter le spectre du test à 1000 patientes pour valider totalement le procédé. Le chien peut aussi détecter d’autres pathologies comme le diabète et tout cela confirme ce que l’on sait déjà de lui, qu’il est notre meilleur ami.

Source : Franceinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *