5 conseils pour mieux dormir

sleep

Retrouver un bon sommeil peut s’avérer difficile, pourtant certaines bonnes habitudes peuvent permettre de retrouver une qualité et une quantité suffisante de sommeil, ce que le docteur Manuel Hattinguais vous propose de découvrir aujourd’hui :

  1. Réguler son horloge interne : notre horloge biologique est l’une des clés de notre cycle sommeil-activité. Située dans le cerveau, elle est physiologiquement reglée sur une moyenne de 24h mais peut toutefois varier de 23h30 à 24h30 selon les personnes. Le facteur le plus important pour réguler son horloge interne est la lumière, c’est pourquoi une légère exposition matinale facilite le réveil. A contrario, elle est à proscrire la nuit, même celle des appareils en veille qui risque de perturber notre qualité de sommeil. Autre facteur important : l’activité physique. Faire du sport après 19h stimulerait l’éveil et pourrait être source d’insomnies nocturnes. A l’inverse, l’exercice physique en journée stimule la « bonne fatigue » qui nous aide à nous endormir naturellement le soir.
  2. Adopter des horaires réguliers : Notre horloge interne détermine les horaires fixes de nos cycles de sommeil. Peu importe que l’on soit du matin ou non, l’important est de ne pas imposer de gros décalage à son organisme. Il faut savoir écouter les signaux (fatigue, bâillement, baisse de l’attention) indiquant à notre corps qu’il étant d’aller faire une bonne nuit de sommeil. En effet, un coucher tardif nous prive d’une partie du sommeil profond, le plus récupérateur et qui se trouve surtout en première partie de nuit. Par exemple, mieux vaut éviter les grasses matinées trop longues et à la place compenser le manque de sommeil par une petite sieste dans la journée pour ne pas perturber le rythme de lever et de coucher.
  3. Eteindre les écrans : la lumière bleue renvoyée par les écrans contribue à diminuer la sécrétion de notre hormone de sommeil, la mélatonine. Ainsi, utiliser une tablette, un ordinateur, une télévision ou un mobile une heure avant de dormir est fortement déconseillé. Par ailleurs, ces activités sont généralement stimulantes et font monter le taux de cortisol, hormone du stress qui favorise l’éveil. Troquer son écran contre un livre ou une liseuse est donc vivement conseillé pour éviter les insomnies.
  4. Privilégier certains aliments : la nutrition est une composante essentielle pour notre santé, y compris pour la qualité du sommeil. Certains nutriments tels que la vitamine C (agrumes, poivrons, fraises, kiwis), les oméga 3 (poissons gras) ou ceux dans lesquels on trouve de la mélatonine (noix, asperges) sont à privilégier lors du dîner. Enfin, certains aliments ne contiennent rien de tout ça, mais contribuent à la production naturelle de cette hormone par le corps : il s’agit par exemple de la banane, l’ananas, les dattes, la mangue ou encore la tomate.
  5. Opter pour une sieste : on ne cessera jamais de le répéter, une petite sieste de 20 à 30 minutes dans l’après-midi permet de rester en forme pour le reste de la journée et d’être davantage productif en limitant les instants de somnolence. Une sieste de 90 minutes peut également être très réparatrice en cas de nuit courte. En revanche, au-delà de 90 minutes, vous risquez de perturber votre horloge interne et d’avoir du mal à vous endormir une fois la nuit tombée.

 

Application doctisia

Doctisia est une application fondée sur l’expérience d’un médecin de SOS médecins et dont le but est de venir en aide en urgence à un patient où qu’il se trouve. Manuel Hattinguais vous propose d’en savoir plus.

Besoin de consulter un docteur en urgence

Souvent lorsque l’on y pense il est déjà trop tard…devoir consulter en urgence un médecin ne peut hélas se prévoir. Le docteur strasbourgeois Van Daal de l’équipe SOS médecins Mulhouse a à ce sujet pensé une application santé novatrice en la matière : Doctisia, sorte de carnet de santé virtuel. En effet, regrouper ces informations au sein de son téléphone mobile permet en cas d’urgence d’accéder à un tas de renseignements santé pouvant éviter les erreurs de diagnostic, la prescription de mauvais traitements ou des hospitalisations inutiles, affirme le docteur Van Daal.
Toutefois, l’utilité de l’application va au-delà d’un simple usage informatif.

Mode de fonctionnement de l’appli santé

Gratuite, l’application est disponible sur n’importe quel support numérique depuis mai dernier. Elle peut intégrer de nombreuses informations de santé renseignées par l’usager lui-même, aussi bien sous forme de photos (pour les ordonnances ou les radios par exemple) que sous forme de texte.

Chacun de ces documents est minutieusement classé dans l’appli afin de permettre de retrouver rapidement n’importe quelle information. Et, au-delà de l’aspect informatif, il est possible d’accéder à tous ses contacts santé (horaires des médecins généralistes et spécialistes…), ce qui facilite également la prise et le suivi de ses rendez-vous médicaux.

Une autre fonctionnalité appréciable est la possibilité de traduire et d’imprimer ses résultats en 5 langues, ce qui s’avère extrêmement pratique en cas de voyage à l’étranger.

 

Pour découvrir en vidéo l’application santé, le docteur Manuel Hattinguais vous invite à visualiser la vidéo suivante :

Conséquences des pics de pollution sur notre santé

Retranscription de la rencontre entre Europe 1 et le docteur Gérald Kierzek sur la thématique de la pollution, des effets sur notre santé et des conseils à suivre en cas de pic de pollution

pollution

Europe 1 : On va essayer ce matin de répondre à toutes les questions qu’on se pose depuis le début de cet épisode de pollution qui touche plusieurs millions de français en Ile-de-France et en région Rhône-Alpes notamment avec le docteur Gérald Kierzek, le médecin d’Europe 1, c’est l’enquête du 8h.

Alors on va être très concret : d’abord, si on a l’impression d’avoir la gorge qui gratte ou les poumons un peu encombrés, c’est psychologique ou c’est un vrai effet immédiat de la pollution ?

 

Docteur K : Non ça peut être un effet immédiat de la pollution, les yeux qui grattent, la conjonctivite, le nez qui coule un peu , ça peut être aussi quelque chose de viral mais on voit depuis quelques jours qu’on a ces petits symptômes qui sont des petits symptômes qui peuvent s’ajouter à des symptômes d’allergie puisque on sait qu’il y a un lien clairement démontré là aussi entre pollution et allergie.

Lire la suite

Face à la désertification médicale, certains Français se tournent vers les guérisseurs

deserts-medicaux

Conséquences inattendues de la désertification des médecins en ville, à la campagne, à la montagne : il y a de plus en plus, dans les régions les plus concernées, de rebouteux, de magnétiseurs et autres guérisseurs qui ne remplacent pas les médecins bien sûr. Enquête retransmise par LCI Lire la suite